P A R T E N A I R E S

VENDée grand littoral

 

 

vENDée yachting

 

 

Proxy talmont

 

 

poissonnerie de la croisée

 

 

huitres nicolleau

 

 

 

 

            harken

 

 

 

     

        zspars

NOTRE FACEBOOK
CONTACT
1485482214-facebook_78681.png

PORT BOURGENAY, 85440 TALMONT ST HILAIRE

02 51 22 02 57 - 06 08 01 74 86

Visiteurs

Mise a jour 10 Mars 2019

Appel aux structures FFVoile des Pays de la Loire - Projet de développement régional sur le Sport Bien Être
Afin de s'inscrire durablement dans le Plan Régional Sport Santé Bien Être et de répondre aux enjeux nationaux de santé publique que sont la sédentarité et le manque d'activité physique, nous souhaitons: 
- Structurer et renforcer l'offre "Bien Être" Voile en Pays de la Loire, en s'appuyant sur l'expérience des clubs 
- Positionner la Ligue de Voile et son réseau de clubs sur une gamme d'offres porteuses en termes d'image 
- Permettre d'attirer une clientèle nouvelle et locale 
Pour cela nous lançons auprès des adhérents, (pratiquants et non pratiquants) une enquête d'opinion afin de connaître et comprendre les attentes d'une clientèle individuelle en matière de sport "Bien-Être". 
Ce questionnaire, disponible via le lien suivant , est simple et rapide, et nous comptons sur vos réponse afin de nous aider à construire notre projet pour votre bien-être
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSd6aJ4vfJj1x4YijiEP_7VdAlpJUFZKmKdZ2qikurO6qZbPfA/viewform


Grégory Boyer-Gibaud
Ligue de Voile des Pays de la Loire
06 43 29 42 64

 

La Rochelle : Nouveaux détails et visuels de la future vedette hydrographique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme nous l’évoquions début mars, le chantier Alumarine de Couëron, près de Nantes, a débuté la construction d’une vedette hydrographique à propulsion hybride commandée par le Grand Port Maritime de La Rochelle.  La mise en service du « Bathus 2 » est prévue à la fin de l’année.

Conçu par le bureau d’architecture Bemad Naval, ce bateau de 8.13 mètres de long pour 2.98 mètres de large présentera un tirant d’eau inférieur à 1 mètre. Avec un déplacement lège de 3.4 tonnes, la vedette intégralement réalisée en aluminium aura un équipage de 5 personnes. Elle sera équipée d’un moteur diesel Volvo D4 de 225 cv (embase Z-drive) et deux moteurs électriques Torqeedo Cruise 10.0 RL fixés sur une chaise relevable. Les transits entre le port d’attache et les zones d’acquisition se feront à une vitesse de 20-25 noeuds via le moteur thermique, alors que la propulsion électrique sera activée en phase d’acquisition des données bathymétriques, permettant ainsi de travailler en silence et sans impact sur l’environnement. La recharge des batteries s’effectuera à quai pendant la nuit. L’allure en acquisition de données sera de 3 à 7 nœuds.

 La vedette embarquera un sondeur multifaisceaux fourni par la société Cadden. « Au lieu d’effectuer un scan des fonds marins sur une série de points comme auparavant, le sondeur réalisera un scan en continu sur une largeur pouvant aller jusqu’à cinq fois la hauteur d’eau (10 mètres de hauteur d’eau représentant 50 mètres de largeur de mesure en continu). Les données collectées en seront d’autant plus précises, permettant de rafraîchir plus régulièrement les cartes bathymétriques du Port et, d’autre part, d’être en conformité avec les normes OHI (Organisation Hydrographique Internationale) », précise Philippe Texier, chef du service Accès maritimes et Infrastructures terrestres au GPM de La Rochelle.

« Cette vedette a été conçue pour répondre aux besoins exprimés par les équipes de Port Atlantique La Rochelle. La carène a été dessinée pour offrir le comportement marin et la stabilité nécessaires pour ses missions. Le plan de pont et les espaces intérieurs ont été soigneusement étudiés pour concilier à la fois le confort et la sécurité pour l’équipage, tout en respectant les contraintes d’exploitation. L’aménagement intérieur s’articulera autour de 3 espaces : le poste de pilotage, le poste d’hydrographie et le poste de travail. Un WC est prévu à l’avant. L’ensemble de la timonerie sera vitrée pour offrir à l’équipage une excellente vision à 360° sur l’extérieur et le pont arrière. Le pare-brise de la timonerie, de type inversé, offrira une bonne visibilité quelles que soient les conditions météorologiques (pluie battante, embruns). De nombreux coffres et équipets permettront le rangement des classeurs, matériel électronique, baie informatique. La timonerie sera isolée, vaigrée et munie d’un chauffage pour le confort de l’équipage », ajoute Alumarine.

 

Objet: Campagne de  marquage du Bar pour IFREMER

Si vous capturez un de ces bars et que vous renvoyez la bague à IFREMER, vous recevrez 50 euros !.
     Espérons que cette campagne apportera les éléments nécessaires pour enfin influencer les scientifiques à prendre les mesures qui s'imposent dans le but de stopper les ravages effectués chaque année sur les frayères de bars; et pas la même occasion de stopper cette hécatombe de dauphins pris dans les chaluts, sennes et filets. Il semble que le problème soit encore plus important cette année !... La presse nous rapporte ces massacres chaque semaine (même Paris Match !).
    Nous dénonçons depuis plusieurs années la diminution de la ressource concernant particulièrement le bar, sans résultat !. Mon prochain éditorial, qui paraîtra dans notre magazine Pêche Plaisance n°61, interpelle directement nos élus et responsables sur ce sujet des razzias effectuées sur les frayères et ses conséquences.
GP

L’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer vient de lancer une campagne de marquage pour comprendre le comportement des bars au large de la Gironde, qui met les pêcheurs à contribution 
L’Ifremer chouchoute le bar du golfe de Gascogne. Fin février, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) a marqué 321 poissons dans leur zone de frai au large de la Gironde. Les pêcheurs de La Côtinière ont prêté main-forte. Le but: comprendre le comportement de ce poisson pour mieux le protéger.
Récompenses de 50 euros
Ces bars sont donc désormais équipés d’une petite languette de plastique sur la partie dorsale et tatoués de deux points bleus sur la partie pectorale, dans le cadre du projet européen Barfray. Les pêcheurs qui les captureront devront retourner à l’Ifremer les marques et noter la date et le lieu de recapture. En échange, ils percevront 50 euros par marque retournée et renseignée.
Le golfe de Gascogne, moins critique qu’au nord
L’Ifremer suit de près les stocks de bars.  Le golf de Gascogne fait partie des quatre stocks européens, dont deux sont importants pour la France : le premier en Manche, dit « stock du nord », le second dans le golfe de Gascogne dit « stock du sud ». "L’état du stock est préoccupant pour le premier, en diminution depuis 2017 pour le second" indique l’Ifremer. Pour le stock du golfe de Gascogne, "bien que la tendance soit à la baisse depuis 2010 en termes de biomasse, la situation est moins critique [qu’au nord] avec un stock de géniteurs encore légèrement supérieur au seuil limite et un effort de pêche légèrement supérieur au niveau de celui permettant la pêche sans affecter significativement le processus de reproduction". 
 
Les pêcheurs artisanaux professionnels appellent à une harmonisation de la réglementation de la pêche sur la façade atlantique, nord et sud. Ils demandent, notamment, "la mise en place de façon urgente un repos biologique harmonisé entre nord et sud aux mois de février et mars".
Pour la pêche récréative, le nouveau règlement, selon les zones, a été voté en décembre 2018. 
Comprendre le bar de Gascogne
Le Comité national des Pêche, partenaire de l’Europe dans cette opération, explique que " grâce aux déclarations de recapture des pêcheurs, cette action doit permettre notamment d’estimer le déplacement des poissons dans les six mois suivants". L’Ifremer renchérit: "Ce projet devrait considérablement améliorer notre connaissance des zones fonctionnelles d’importance pour le bar et permettre d’identifier celles qui mériteraient, le cas échéant, une vigilance particulière ou des actions spécifiques pour leur protection".

 

        C O N T R E    L A    D E S T R U C T I O N    D E 

 

         L ' O C É A N    E T    L A    D I S P A R I T I O N 

 

            D E S    P Ê C H E U R S   A R T I S A N S.

Un pas de plus vers la victoire : la Commission européenne reconnait enfin l'illégalité de la pêche électrique !
Nous vous partageons avec joie une très bonne nouvelle : nous venons de gagner une étape majeure dans notre combat
 pour l'interdiction de la pêche électrique : la Commission européenne reconnaît enfin que les Pays-Bas sont en 
fraude par rapport aux licences accordées à la pêche électrique et annonce son intention d’ouvrir « une procédure
 formelle d’infraction contre les Pays-Bas » pour non respect du droit de l’Union européenne.


Un pas de plus vers la victoire : la Commission européenne reconnait enfin l'illégalité de la pêche électrique !

Nous vous partageons avec joie une très bonne nouvelle : nous venons de gagner une étape majeure dans notre combat pour l'interdiction de la pêche électrique : la Commission européenne reconnaît enfin que les Pays-Bas sont en fraude par rapport aux licences accordées à la pêche électrique et annonce son intention d’ouvrir « une procédure formelle d’infraction contre les Pays-Bas » pour non respect du droit de l’Union européenne.

L I S E Z   N O T R E   C O M M U N I Q U E

     Bonjour à tous,

 

Pour tous ceux qui auraient raté l'émission CASH de Elise Lucet sur A2. Un beau travail d'analyse qui montre où passe l'argent (notre argent) des subventions européennes à la pêche professionnelle.

Un député devant être informé, j'ai également envoyé un message en ce sens à Stéphane BUCHOU en lui suggérant de faire un parallèle avec les subvention nationales versées aux armateurs de grosses unités -chaluts et sennes- responsable de la baisse incessante de notre ressource marine côtière.

Nous avons gagné !

Hier était un grand jour : mercredi 13 février à 22h passées, au Parlement de Strasbourg, les négociateurs représentant les trois institutions européennes (Parlement, Conseil et Commission) sont parvenus à un accord : la pêche électrique sera totalement interdite aux navires de pêche de l’Union européenne dans toutes les eaux qu'ils fréquentent à compter du 30 juin 2021.

C’est une victoire pour BLOOM et notre coalition de pêcheurs artisans et d’ONG, même si la période de transition est trop longue pour les pêcheurs artisans.

« En 2017, lorsque BLOOM a commencé à faire campagne au Parlement européen, tous les groupes politiques sauf un acceptaient le principe de la pêche électrique, les pêcheurs artisans n’avaient plus aucun espoir de la voir interdite et le débat portait même sur son extension massive en Europe. Le chemin parcouru est gigantesque. Nous avons entièrement retourné l'écosystème politique en notre faveur.»

Claire Nouvian, fondatrice de BLOOM

Sans l'écho que vous donnez à nos actions, elles seraient vaines, MERCI!

Tous savoir sur le nouveau projet du port Bourgenay